MÉTHODE

L’évolution du système nerveux du jeune enfant se fait de bas en haut, c’est à dire de la moelle épinière et du tronc cérébral jusqu’au niveau du cortex. L’organisation neurologique du cerveau se développe au travers de mouvements réflexes
qui « disparaissent », durant les premiers mois de la vie, alors que le cortex (substance grise) prend de plus en plus d'ampleur décisionnelle. Autrement dit, les connexions au cortex vont venir inhiber de plus en plus ces réflexes archaïques.
S’il peut voir, entendre, goûter et sentir, le nouveau né possède un comportement moteur très pauvre. Ce dernier dépend, en grande partie, de réactions réflexes primitives contrôlées par le cerveau profond. Petit à petit, dès les premiers mois de la vie, ces réflexes se transforment par imitation et s’intègrent à de nouveaux mouvements, volontaires cette fois.
Grâce au stress (au sens large), les réflexes restent parfois apparents de manière anormale bien au delà de leur période d’activité. Ils restent ainsi perceptibles car non intégrés même et surtout en dehors des cas pathologiques.

< Page 2/5 >